Les origines de l’astrologie se perdent dans la nuit des temps, au début de l’histoire de notre civilisation née autour du bassin méditerranéen. Des conseils astrologiques destinés au prince sont en effet gravés sur des tablettes de l’époque sumérienne, premières traces d’écriture de notre histoire. Depuis plus de cinq mille ans maintenant, ce savoir astrologique a fait le tour de la terre et s’est ouvert, il y a à peine un siècle, au commun des mortels avec l’essor des médias, sous une forme dégradée et souvent mensongère : l’horoscope…

Le résultat est qu’aujourd’hui la connaissance astrologique est assimilée, dans l’esprit des personnes qui n’ont pu l’approcher vraiment, soit à une croyance – pour ne pas dire superstition – soit à un charlatanisme éhonté exploitant la misère humaine, soit à une technique irrationnelle, dénuée de tout fondement scientifique, permettant de déterminer une fois pour toutes et à l’avance le destin que vivra chacun !

Il ne faut pas s’étonner alors que des scientifiques de grand renom aient pu la condamner, au nom du respect de l’homme, sans même l’avoir étudiée ou expérimentée – ce qui est pour le moins contraire à une démarche scientifique authentique et honnête.

Il est possible de définir l’astrologie comme un outil de connaissance de soi, fondé sur l’interprétation du thème natal. Ce thème, ou carte du ciel, est une représentation symbolique des positions planétaires au moment de la naissance d’une personne, et peut être comparé à une image ou une illustration de la personnalité, en quelque sorte un état initial.

La lecture de cette illustration permet de comprendre les grandes tendances de caractère et de comportement de la personnalité, quels sont ses potentiels, ses principales difficultés. En d’autres termes, l’astrologie permet de dresser le portrait psychologique initial d’une personne. Toutes les personnes qui ont fait étudier leur thème de naissance par un astrologue professionnel sont aujourd’hui convaincues de la pertinence du portrait qui a été ainsi réalisé.

Tout serait-il donc déjà écrit et prédéterminé ?

Notre constitution de départ seule est écrite, tout le reste relève de potentialités que nous aurons l’intelligence de mettre en œuvre, de défis que nous saurons relever, de climats auxquels nous saurons nous adapter.

Refuser l’astrologie sous le prétexte du déterminisme, c’est refuser l’éclairage des phares de sa voiture afin de ne pas être entraîné par leur faisceau lumineux dans une direction que l’on n’aurait pas choisie.

A quoi servirait la vie si elle ne nous donnait pas l’occasion de progresser et de nous améliorer, en d’autres termes de résoudre les difficultés psychologiques évoquées dans notre thème de naissance, afin que nous nous épanouissions toujours plus en tirant parti de nos dons et de nos talents ?

L’astrologie est aussi comme la météo : elle permet de prévoir le type de vent et de temps qu’il faudra vivre, mais seul l’homme reste maître de son destin : comme un marin, qu’il gagne la régate ou qu’il chavire, ce ne sera jamais de la faute au vent, mais cela dépendra de sa compétence et de son aptitude à s’adapter aux circonstances extérieures prévues par la météo.

Rencontrer un astrologue, c’est accepter de s’asseoir en face de soi pour faire le point et s’évaluer avec objectivité, c’est prendre le recul nécessaire par rapport au tourbillon de la vie, c’est mieux se connaître et mieux se comprendre pour se donner les moyens de l’épanouissement, c’est prendre connaissance de la période que l’on traverse pour donner un sens aux événements et comprendre les défis qu’ils nous proposent…

En guise de conclusion, je citerai Dane Rudhyar : « Le but principal de l’astrologie n’est pas tant de nous dire ce que nous rencontrerons sur notre route, mais de suggérer comment nous le rencontrerons, et la raison fondamentale de cette rencontre. Quelle qualité en nous, quel type de force seront nécessaires pour faire face à chacune des phases spécifiques de notre plein épanouissement en tant que personne individuelle. »